Publié le : 09 janvier 20247 mins de lecture

Ce n’est peut-être pas la première chose qui vous vient à l’esprit lorsque vous devenez papa ou maman. Tout absorbé par la nouvelle organisation de votre foyer, et en contemplation devant cette petite merveille qui vous a rejoint, vous aurez besoin d’un peu de temps pour vous remettre de vos émotions. Passées ces premières semaines, cependant, la vie reprend son cours et vous vous consacrez à nouveau aux tâches plus terre-à-terre, comme vos finances ou la prévision de votre futur, désormais enrichi d’un membre en plus. En visualisant l’avenir financier de votre enfant, vous allez forcément vous interroger sur le bon moment pour lui ouvrir un compte bancaire. Savez-vous que cette procédure se réalise à tout moment, dès la naissance de bébé ?

L’encadrement légal de l’ouverture du compte d’un bébé en France

En tant que mineur, votre enfant dépend entièrement de ses deux parents, à condition qu’ils partagent l’autorité parentale, pour la gestion de ses finances. Vous pouvez donc ouvrir un compte bancaire en ligne pour votre bébé, avec ou sans l’accord de l’autre parent, en-dehors de quelques cas particuliers. Cet acte favorise l’épargne sur le long terme pour les besoins futurs de votre enfant, par exemple pour prévoir le financement de son permis de conduire ou de ses études. En général, les livrets des mineurs sont exempts d’impôts, ce qui en fait une solution idéale pour rassembler et faire fructifier tout l’argent offert par l’entourage ou mis de côté par les parents.

Le père et la mère de l’enfant ont parfaitement le droit de déposer ou de retirer de l’argent du compte de leur bébé, et ce jusqu’à la majorité de ce dernier, en tous les cas pour les livrets d’épargne classiques. Il est en effet considéré que les parents utilisent cet argent pour l’éducation de leur progéniture. En France, vous pouvez ouvrir différents types de comptes à votre bébé :

  • un livret A, produit d’épargne réglementé, sans imposition ;
  • un livret de développement durable et solidaire, avec une fiscalité proche du livret A mais des conditions d’usage différentes ;
  • un livret d’épargne populaire, soumis à un plafond de ressources, proposant un taux d’intérêt majoré pour les personnes avec de faibles revenus ;
  • un plan d’épargne logement, qui pourra financier l’achat d’un bien immobilier par son détenteur ;
  • un contrat d’assurance-vie, flexible et encadré par des options fiscales avantageuses.

Que vous choisissiez de passer par banque-nuger.fr ou par une agence physique, vous devrez produire des justificatifs relatifs à l’identité de votre enfant et de ses représentants légaux pour ouvrir le compte de bébé.

Ouvrir un compte bancaire pour bébé : des avantages et des limites

Oui, il est possible d’ouvrir un compte en ligne pour bébé, qu’il ait deux semaines ou 9 mois de vie. Les intérêts financiers sont nombreux, mais il existe aussi quelques inconvénients à cette procédure.

Commençons par les avantages. En ouvrant un compte très tôt pour votre enfant, vous bénéficiez de la plus longue période d’épargne possible, ce qui s’avère forcément intéressant pour les projets d’investissement à long terme. Au lieu d’acheter des babioles et des habits dont il n’aura pas besoin, vous pouvez placer chaque centime offert à votre bébé sur son compte, dans le but de lui constituer un joli pactole qui l’aidera à faire ses premiers pas dans la vie active ou à réaliser des projets utiles pour son avenir. En ajoutant mois après mois des sommes sur le compte de votre enfant, vous allez également générer des intérêts composés qui s’additionneront au capital. Même si vous ne mettez rien sur le compte pendant un certain temps, il continuera à générer des profits. Il ne faut pas oublier le cadeau de bienvenue souvent offert aux parents qui ouvrent un premier compte pour bébé, sous la forme d’une petite enveloppe de 20 ou 50 euros.

Passons maintenant aux limites du compte attribué à un mineur. L’un des risques réside dans le fait que la gestion des finances est partagée entre les parents. En cas de désaccord, l’un des deux peut très bien utiliser l’argent à des fins personnelles, ou pour ce qu’il estime être dans l’intérêt de l’enfant. Pour éviter cet écueil, discutez très sérieusement des conditions d’utilisation des fonds déposés sur le compte de votre bébé. D’autre part, les comptes d’épargne ne compensent pas forcément l’inflation des prix : il est possible que l’argent placé sur le livret de bébé perde de sa valeur avec les années, et ce même en prenant en compte les intérêts.

Quelques considérations sur l’usage du compte de bébé

Si la législation n’autorise pas la création d’un compte courant pour un bébé, c’est bien parce que le compte doit rester un produit d’épargne et non de consommation. Autrement dit, tout parent amené à ouvrir un compte bancaire pour son enfant doit garder à l’esprit que l’objectif de ce dernier est de faire fructifier de l’argent épargné pour financer des projets tels que l’achat d’un ordinateur pour les études ou le financement d’une école de formation après le bac. Cela n’empêche pas le responsable légal d’impliquer petit à petit son enfant dans la gestion des finances, en lui inculquant notamment les savoirs essentiels pour maintenir une gestion équilibrée de son budget. La capacité à épargner s’apprend tôt, tout comme celle de savoir investir son argent tout en pesant les risques.

Si vous voulez améliorer les perspectives de rendement de l’argent de votre enfant, vous pouvez, en complément ou en remplacement du livret d’épargne, ouvrir un contrat d’assurance-vie ou sélectionner des placements d’investissement en bourse. Certains plans d’épargne se consacrent quant à eux au financement des études, avec le versement de bonus de la part d’institutions de l’État pour soutenir la formation des jeunes. Renseignez-vous directement auprès de votre conseiller bancaire pour plus d’informations sur ce sujet.